Confessions d’un acteur déchu, Osman Elkharraz et Raymond Dikoumé, Stock.

Littérature

A mon tour de m’exprimer plus en profondeur sur le livre d’Osman et Raymond. Lorsque j’ai lu ces dix-sept premières pages, synopsis du film qu’ils avaient l’intention de réaliser, j’ai tout de suite pensé que leurs quatre mains feraient un très beau livre. Avec Véronique de Bure, nous avons immédiatement été séduites par le ton, la voix, et, ensemble, nous nous sommes démenées pour que le projet aboutisse.

Osman a vécu à Colombes, ville dans laquelle j’ai grandi, moi aussi. Les quartiers dont il parle, le collège, les rues, le magasin de jouets, la tour Z des Fossés Jean où j’ai fait mes premiers pas, tout cela m’était familier, c’était un gamin de chez moi, un gosse dont j’aurais pu être l’enseignante, la voisine, ou, dans une autre vie, une copine de classe.

J’ai toujours eu à cœur de créer du liant entre les mondes et les catégories sociales. Voir Osman et Raymond installés confortablement dans le bureau de Manuel Carcassonne, le patron de chez Stock, maison d’édition parisienne et prestigieuse, m’a considérablement émue, et même davantage.

J’ai adoré rencontrer régulièrement « mes deux auteurs », les petits frères qui se préparaient à sortir de la chrysalide (même si Raymond est toujours à la bourre et qu’il renverse du jus d’orange sur des iphone tout neufs). J’ai adoré les savoir ensuite entre de bonnes mains, celles de leur formidable éditrice, Véronique de Bure, une femme non seulement brillante mais aussi humaine, capable de révéler l’aspect littéraire du texte; capable, en outre, de mesurer l’aspect de résilience et de transcendance véhiculé par un tel témoignage.  

J’ai aimé me projeter dans le temps et imaginer Osman prendre sa revanche sur la vie.

J’ai songé mille fois aux discussions profondes que ce texte allait susciter. Toutes les valeurs que je trimballe dans ma besace depuis toujours. La banlieue riche en diversité, en talents. Le système éducatif pas toujours à la hauteur. Le travail incroyable des travailleurs sociaux. La force incommensurable de cette jeunesse qui ne demande qu’à s’exprimer, qu’à entreprendre, qu’à exister, mais qui fait souvent « comme elle peut ».

Comme j’aimerais que ce livre bouleversant (et drôle), au-delà de l’aspect « sensationnel » autour de l’Esquive, interpelle les lecteurs sur la nécessité de protéger les enfants, de tendre la main aux personnes en difficulté, de donner plus de moyens aux éducateurs, de revoir les orientations, les cartes scolaires pour davantage de mixité. Comme j’aimerais que ces adultes du monde artistique comprennent que lorsqu’on sollicite un adolescent pour un film, un album, il n’est pas un objet mais bel et bien un sujet, un être pensant, un être sensible, et qu’il est nécessaire d’établir une sorte de contrat de suivi, ou, tout du moins, de passer le relais aux autres adultes compétents, capables de faire la transition.

Lorsqu’on ferme le livre d’Osman, on ne peut qu’être ému et admiratif.

Dans mon cœur, il restera comme un petit frère à qui je souhaite, bien entendu, de prendre son envol, de faire de beaux films, et, au-delà de tout cela, de se donner le droit et les moyens de devenir celui qu’il a envie d’être.

4 réflexions sur “Confessions d’un acteur déchu, Osman Elkharraz et Raymond Dikoumé, Stock.

  1. R-ances dit :

    Madame Julie,
    Bonjour,
    Sans être ni défaitiste, ni pessimiste, je pense – qu’en quelques années – chaque être humain est devenu un objet qui procure une masse d’argent aux multinationales. Se battre contre cet état de fait est une priorité pour la jeunesse.
    Encore merci pour votre article.
    R-anses

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s